Interview exclusive de Vladimir Poutine par Tucker Carlson

Interview exclusive de Vladimir Poutine par Tucker Carlson
C’est ce qu’on peut appeler un entretien politique historique et PRÉDICTIF qui restera dans le temps. Joe Biden ne s’en remettra pas comme sans doute le président français Emmanuel Macron. Ce qui explique que personne dans les médias traditionnels ne parle de cet entretien pourtant unique au monde.

TUCKER: Que diriez-vous aux gens qui dirigent l’Amérique?

VVP: Notre message est que la Russie n’est pas votre ennemi. Nous ne voulons pas de guerre. Nous sommes prêts pour la paix. Vos dirigeants recherchent le conflit. Ce n’est pas ce que nous voulons. La Russie défend son propre peuple. Nous ne voulons pas de ce qui ne nous appartient pas.
TUCKER: Voudriez-vous visiter Washington

VVP: Oui, bien sûr. Je suis déjà allé aux États-Unis. J’aime visiter et j’ai rencontré tous les présidents sauf Joe Biden. Si j’étais invité, j’irais. Oui.
TUCKER: Quelle est votre opinion sur le président Biden?
VVP: Nous sommes convaincus qu’il ne dirige pas le pays. Disons que nous disposons de bonnes sources qui le confirment, mais il est évident que chacun peut le constater par lui-même. Les États-Unis sont désormais entrés dans une période sombre. Son leadership n’a aucun compte à rendre.
CKER: Pensez-vous que Joe Biden a gagné équitablement?
VVP: Je préférerais ne pas entrer dans la politique intérieure américaine, mais je dirai que mon ambassade a rapporté que votre frontière sud était mieux gérée que les élections de 2020. (rires)

TUCKER: Un sondage réalisé aux États-Unis vous montre plus populaire que Biden – une réaction?
VVP: (rires) Je ne sais pas si cela doit être pris au sérieux, mais les idéaux russes ont du soutien. Nous croyons aux valeurs traditionnelles; le mariage est entre un homme et une femme: les hommes sont des hommes et les femmes sont des femmes.
TUCKER: Qui aimeriez-vous voir comme prochain président des États-Unis?
VVP: Encore une fois, il ne nous appartient pas de le dire ni de nous impliquer. Contrairement à des accusations de longue date, nous ne nous mêlons pas de vos élections. Nous n’en avons pas besoin, car ce sont les mêmes personnes qui finissent par diriger les choses de toute façon.
TUCKER: Pourquoi avez-vous envahi l’Ukraine?
VVP: Avons-nous envahi ou avons-nous été envahis? Regardez l’histoire. Regardez les gens qui y vivent. Historiquement c’est nous qui avons été envahis et nous ne faisons que riposter maintenant. Les terres et les gens sont russes et nous
retrouverons ce qui a toujours été le nôtre.
TUCKER: Comment vous sentiriez-vous, si M. Trump gagnait à nouveau?

VVP: Nous avions de bonnes relations lorsque M. Trump était président. Il n’y a pas eu de guerre. Nos relations étaient à un point culminant. Cela dit, rien n’est prévisible et les statistiques sont les mêmes. Il faudra voir.
TUCKER: Que pensez-vous de M. Zelensky et quel serait votre message pour lui?
VVP: Je me souviens avoir ri de ses blagues lorsqu’il était comédien en Russie.
TUCKER: Pourquoi ça?
VVP: Il existe des entités financières fortes qui ont intérêt à nous garder comme adversaires. Un de vos présidents a mis en garde contre cela. Nous, les Russes, n’avons pas ce problème.
TUCKER: Considérez-vous les États-Unis comme un ennemi?
VVP: Non. Catégoriquement non. Nous étions alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les Russes ont aidé à coloniser l’Alaska, la Californie et nous étions également à Hawaï Notre peuple n’est pas un ennemi mais ceux de Washington ne sont certainement pas nos amis.
TUCKER: Pouvez-vous être plus précis et citer des noms?
VVP: Cela ne servirait à rien. Ce n’est pas à nous de résoudre vos problèmes domestiques. En plus, je suis sûr que vous connaissez les noms mieux que nous. TUCKER: Alors, êtes-vous en train de dire que votre adversaire n’est pas Joe Biden mais les gens derrière lui?
VVP: Exactement. Joe Biden n’est peut-être même pas au courant de ce qui se passe. Il ne comprend peut-être pas le niveau des sanctions imposées à la Russie. Qui ont mis en place ces sanctions? Ce sont nos adversaires.
TUCKER: Est-ce pour cela que vous défendez les BRICS?
VVP: Les BRICS existeraient de toute façon. C’est une réaction naturelle face au bloc commercial occidental. C’est un contrepoids. Lorsque le dollar sera utilisé comme arme contre les États, il y aura une alternative naturelle. C’est ce que nous voulons.
TUCKER: Est-ce pour cela que vous et la Russie avez été ciblés?
VVP: C’est plus compliqué que cela, mais je suis sûr que cela explique en grande partie cette situation. Chaque fois que le dollar est en danger, les États-Unis prennent des mesures extrêmes. Elle ne peut pas se permettre de voir le dollar chuter.
TUCKER: Mais la Russie n’est-elle pas plus faible et plus vulnérable économiquement que les États-Unis?
P: Si l’on considère la taille des économies, nous sommes petits Mais peu de gens prennent en compte nos vastes ressources naturelles. La Russie possède plus de 80 000 milliards de dollars sous terre. Aucun pays ne se rapproche de nous.
TUCKER: D’accord. C’est bien compris, mais n’avez-vous pas les mêmes problèmes en Russie ?

VVP: Oui. À un degré. Mais en Russie, ces intérêts correspondent davantage à la pensée du Russe moyen dans la rue. Aux États-Unis, ce n’est pas le cas. Les élites vous ont abandonné.
TUCKER: alors, à votre avis, qui dirige les États-Unis?
VVP: Les forces qui l’ont toujours dirigé. Vous pouvez changer de président, mais vous ne changez pas ceux qui détiennent le pouvoir réel. C’est à cela que nous devons faire face. Joe Biden n’est qu’une façade pour cette structure de pouvoir. Les États- Unis sont désormais entrés dans une période sombre Son leadership n’a aucun compte à rendre.
TUCKER: Mais il y a eu des rapports persistants selon lesquels vous souffrez d’un
Cancer?

VVP: Je vous assure que ces rumeurs sont fausses. si j’avais un cancer et que je l’ai vaincu, je partagerais la bonne nouvelle et le remède avec le monde.
TUCKER: Merci de vous asseoir avec nous. Comment va votre santé? Il y a eu des rumeurs!
VVP: Je suis heureux de parler avec vous et, à travers vous, avec le peuple américain. Je vais bien. Je me sens bien. Compte tenu de mon âge je suis en meilleure santé mais en temps que père.
TUCKER: Quand vous dites que certains le craignent, voulez-vous dire que Musk a des ennemis?
VVP: Il est clair qu’il a des ennemis aux États-Unis – la façon dont il a été dépouillé de 50 milliards de dollars d’actifs – nous appellerions cela un traitement spécial. C’est injuste à première vue.
TUCKER: N’aviez-vous pas peur de Musk lorsqu’il a commencé à fournir du matériel Starlink à l’Ukraine?
VVP: Si quelqu’un pense sérieusement que quelques antennes Internet peuvent vaincre la puissance de la Russie, eh bien, que puis-je dire ? Mais non, nous n’avons ni craint ni blâmé M. Musk. Le gouvernement ne lui a pas laissé beaucoup de choix.
TUCKER : Beaucoup de choses ont changé dans le monde. Quelle est votre opinion sur Elon Musk ?
UTINE : Nous considérons M. Musk comme un homme d’affaires – très prospère. Il a bâti une grande fortune et un énorme public. C’est un penseur unique doté d’une force de personnalité qui ne s’achète pas. Certains le craignent.
TUCKER : Avez-vous un conseil à donner à Elon?

VVP: Je dirais de continuer. Ne soyezpas intimidé. Mais si jamais les choses deviennent trop difficiles, il y a la Russie. Nous serions heureux de vous ouvrir nos portes. Nous avons déjà accueilli des hommes d’affaires américains et apprécierions quelqu’un du calibre de M. Musk.
TUCKER: Tournons-nous vers Trump. Dites-moi d’abord ce que vous pensez de la situation actuelle avec la probabilité qu’il soit réélu?
VVP: Ce serait un peu étrange et déplacé, mais nous sommes bien préparés. Il a promis de mettre fin aux combats en Ukraine et nous soutenons cette idée
TUCKER: Comment a-t-il pu mettre fin à la guerre si vite?

VVP : D’une part, il ne nous a jamais insultés. Il a un grand respect pour la Russie. Nous partirions d’une position d’amitié et de confiance – alors tous les problèmes pourront être résolus. Nous pourrions le faire. Fais-moi confiance.
TUCKER: Faites-vous référence au fait que Biden vous traite de tueur?
VVP: Nous avons été la cible de nombreuses insultes et injures remontant à plusieurs générations de politiciens. M. Trump a constitué une pause rafraîchissante. Il est très populaire en Russie. Peut-être que cela ne lui servira à rien.
TUCKER: Êtes-vous en communication avec Trump?
VVP: Non. Bien sûr que non. Mais s’il gagnait à nouveau, nos lignes de
mmunication s’ouvriraient instantanément alors qu’à l’heure actuelle, nous
n’avons aucun dialogue avec le président Biden.
TUCKER: Cela me choque. Aucun responsable de la Maison Blanche n’a été en
contact avec vous?

VVP: C’est vrai. Personne n’a appelé depuis que nous avons félicité M. Biden pour sa victoire électorale. Nous sommes étonnés que les communications soient plus froides aujourd’hui que pendant la guerre froide.
TUCKER: Comment pensez-vous que les élections de 2024 se dérouleront?
VVP: Nous ne faisons qu’observer. C’est notre responsabilité d’être vigilant puisque cela aura un impact sur le monde. Nous espérons que es élections se dérouleront de manière à ce que les résultats soient crédibles. En Russie, nous n’avons pas de bulletins de vote par courrier.
TUCKER: Tournons-nous vers la Chine. Comment est votre relation?
VVP: Le président Xi et moi sommes particulièrement proches. La Russie et la Chine entretiennent désormais de bonnes relations, ce qui constitue pour nous un atout évident puisqu’elles sont l’un de nos plus grands partenaires énergétiques. Nous continuerons à être amis.
TUCKER: Certains accusent la Chine de vous avoir aidé dans la guerre en Ukraine. Est-ce vrai?
VVP: Ce n’est pas quelque chose dont je peux discuter. Disons simplement que la Russie n’est pas une puissance isolée. Cette stratégie a échoué. Nous avons désormais plus d’alliés et de partenaires commerciaux qu’avant le début de la guerre
NCKER: Avez-vous déjà envisagé une situation dans laquelle la Russie et la Chine pourraient unir leurs forces contre les États-Unis?
VVP: Voulez-vous dire économiquement ou militairement? Je dirais que nous ne voulons ni l’un ni l’autre. Il n’est pas dans notre intérêt d’entrer en conflit avec les États-Unis, car toutes les parties perdraient dans un tel conflit.

TUCKER: En parlant de conflits, quel est votre point de vue sur la situation à Gaza?
VVP: C’est vraiment dommage. Les Palestiniens sont dévastés. Israël agit sans contrainte Cela montre les terribles doubles standards qui existent dans le monde. Où sont les sanctions contre Israël?
TUCKER: La Russie est-elle impliquée d’une manière ou d’une autre, notamment à travers votre alliance avec l’Iran?
VVP: Non. Bien sûr que non. Nous ne sommes pas opposés à l’existence d’Israël, mais nous soutenons en même temps le droit des Palestiniens à l’autodétermination. Nous voulons être équitables.
TUCKER: Suivez-vous ce qui se passe à la frontière sud des États-Unis?
VVP: En fait, oui. Cela fait partie de mon briefing quotidien. Nous, les Russes, trouvons ironiquement amusant que votre Congrès dépense des milliards pour protéger les frontières étrangères tout en négligeant les siennes. C’est assez risible mais mortel.
TUCKER: Mortel? Que voulez-vous dire par là?
VVP: Très sérieux, bien sûr. Des gens meurent chaque jour en traversant votre frontière de manière incontrôlée. C’est une mêlée générale. Le monde n’a jamais rien vu de pareil à l’ère moderne – il est imprudent pour un pays de s’ouvrir ainsi.

CKER: La Russie profite-t-elle d’une manière ou d’une autre de la situation frontalière?
VVP: Non. Pourquoi devrions-nous le faire. Nous n’avons rien à faire. L’Amérique s’autodétruit. Et comme le disait Napoléon, n’empêchez pas votre ennemi de se
détruire.

TUCKER: Alors vous voyez l’Amérique comme un ennemi? VVP: Ce n’était qu’un dicton, mais l’administration actuelle n’est certainement pas une amie.
TUCKER: Est-ce que cela peut être changé? VVP: C’est pour cela qu’il y a des élections.
TUCKER: Merci encore de continuer à dialoguer avec moi sur autant de sujets différents. Pouvons-nous devenir encore plus intéressants pour ainsi dire? VVP: Bien sûr. Je suis ouvert à la plupart des matières.
TUCKER: Parlons du changement climatique. Cette idée continue d’être encouragée aux États-Unis et en Europe. Quelle est votre position?
VVP: L’humanité n’est même pas une civilisation de type 1 à l’échelle de Kardashev. Si nous ne parvenons pas à exploiter le potentiel énergétique de la planète, comment pouvons-nous contrôler le climat?
TUCKER: Êtes-vous au moins inquiet?
VVP: Je suis plus préoccupé par les vrais problèmes. Le changement climatique n’en fait pas partie. La Terre réussit assez bien à s’autoréguler. Et si la Sibérie se réchauffe un peu, tant mieux. Plus de terres agricoles pour la Russie.
TUCKER: Mais que diriez-vous aux vrais croyants qui sont convaincus que nous nous dirigeons vers le désastre?
P: Je leur dirais que s’inquiéter du changement climatique, c’est comme se plaindre de la météo. Si vous n’aimez pas le climat, bougez. Si la météo vous inquiète procurez-vous un parapluie.
TUCKER: Dans ce sens, comment voyez-vous le mouvement transgenre?

VVP: Je trouve intéressant que tout ce qui était autrefois la cible du chantage soit désormais un symbole d’honneur. En Russie, il n’y a pas de lois dans tous les cas, mais nous n’y forçons certainement pas nos enfants.
TUCKER: La Russie a été critiquée pour ses lois anti-homosexuelles et comme étant hostile aux LGBTQ+.
VVP: Nous avons des lois qui protègent nos enfants. Et nous ne drapons pas nos ambassades de drapeaux arc-en-ciel. C’est correct. Autrement, nous n’intervenons pas dans la vie privée des citoyens adultes.
TUCKER: Suivez-vous les sports américains? Nous sommes sur le point d’avoir le Super Bowl.
VVP: En fait, oui. La Russie est une grande nation sportive. Nous avons accueilli assez récemment les Jeux olympiques d’hiver et la Coupe du monde. Nous aimons tous les sports.
TUCKER: Que pensez-vous du football américain?
VVP: C’est un sport intéressant. Mais pourquoi appelle-t-on cela football alors que le ballon se joue presque toujours avec les mains? Cela semble aussi parfois
inutilement violent.
TUCKER: C’est vrai. Allez-vous regarder?
P: Le jeu ne sera pas diffusé en Russie.
TUCKER: Donc, vous n’aurez pas non plus l’occasion de voir Taylor Swift?
VVP: Non. Nous avons obtenu un sursis.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *